Programmation arts visuels



En cours

22 septembre au 10 novembre 

 


Singuliers pluriels, COLLECTIF135

Dans le cadre du projet Objectif Photo | Cantons-de-l’Est 


Une soixantaine de portraits, réalisés par neuf photographes.

Évoluant chacun dans leur univers distinct (danse, musique, théâtre, littérature, tatouage, etc.), des artistes et artisans ont ouvert leur lieu de création au regard singulier des photographes du COLLECTIF135. L’exposition Singuliers pluriels, c’est l’art vu par l’art, c’est la recherche commune d’une humanité à travers un regard sur les disciplines artistiques actuelles.

Commissaire : Martin Labrie


 


volet artiste de la relève

Constellation humaine, Andréa Lacharité

     Constellation humaine célèbre la beauté et la diversité de l’humain. Elle nous rappelle les possibilités illimitées que l’univers nous offre. Il ne faut pas se borner aux spectres restrictifs des genres que la société impose. Cessons de nous définir par ces étiquettes. Définissons-nous par notre humanité multiple. Dépouillons l’humain de ses artifices. Il ne lui restera que son authenticité. Admirons l’essence humaine représentée sous la forme de ses diverses identités et anatomies. Et espérons que ces corps s’unissent sous la forme d’une constellation symbolisant la communauté idéale ; unie dans la différence.



 

À VENIR



21 novembre au 15 décembre

Texte et image | Exposition collective des membres de la Maison des arts et de la culture de Brompton

 


PASSÉES




30 juin au 8 septembre

À la frontière du réel 

Frontières de l’esprit, frontières physiques, frontières territoriales; les limites sont multiples. Il y a celles que l’on s’impose, celles qui nous sont imparties, celles que l’on respecte, celles que l’on transgresse. Frontières entre ce que l’on est et ce à quoi on aspire, frontières entre ici et ailleurs, entre les générations, entre soi et les autres. Parfois, les contraintes sont source d’inspiration.

 

Les frontières et l’interdit qu’elles supposent réveillent en nous une curiosité qui invite à l’action. L’énergie du refus est parfois nécessaire pour aller au-delà de la limite. Se situer à la frontière du réel, c’est être à cet endroit à un moment précis et fécond où le tangible peut basculer dans une autre dimension, où l’impossible devient possible, où les limites s’effacent et laissent la fiction devenir réalité. Alors on ouvre la porte à des rencontres surprenantes et improbables.

 


Aux grands maux les grands mirages, Mathieu Gotti


Le quartier Juxtaposé, Anne-Marie Berthiaume


Volet artistes de la relève

Pascal e St-Pierre

Agatha Veale





 

3 février au 31 mars

Nadia Loria Legris et Bernard Bourbonnais, Éphémérités

Finissantes au Certificat en arts visuels de l’Université de Sherbrooke: Charlotte Pagé / Érika Faucher / Geneviève Lapierre

Lire le communiqué de presse >>

L’exposition Éphémérités met en lumière le travail de Nadia Loria Legris et de Bernard Bourbonnais, deux artistes qui se questionnent sur la relation que l’humain entretient avec son environnement. De plus, une collaboration a vu le jour permettant à 3 artistes finissantes du Certificat en arts visuels de l’Université de Sherbrooke, Charlotte Pagé, Érika Faucher et Geneviève Lapierre, de présenter leurs œuvres liées également à des enjeux environnementaux.

Nadia Loria Legris, Marques et métamorphoses

Artiste multidisciplinaire, Nadia Loria Legris interroge notre rapport au vivant et à notre environnement. Elle s’intéresse aux marques laissées par le temps ainsi qu’aux marques et empreintes qu’occasionne notre mode de vie. Ses recherches actuelles concernent les matières végétales rejetées, perdues, gaspillées, et plus particulièrement, celles servant à nous nourrir. Visitez son site Internet: www.nadialorialegris.com

Bernard Bourbonnais, L’intangibilité des apparences

Bernard Bourbonnais est tombé amoureux de la Gaspésie en 1998. Ayant Percé comme point d’ancrage, il la photographie avec passion en toute saison. À travers une démarche d’appropriation, Bernard crée un univers visuel fascinant. Il transforme le paysage gaspésien. Il le fractionne, le recompose. Il propose au spectateur de s’approprier cet univers en utilisant son imaginaire. Centré sur le territoire s’étalant principalement de Grande-Rivière à Gaspé, la démarche artistique de Bernard Bourbonnais, s’inspirant des nouveaux réalistes, reflète deux préoccupations : chercher l’objet banal du paysage et, dans un détournement de sens, le représenter autrement pour transmettre un propos engagé.

Dans une première étape, c’est un travail d’accumulation d’images, où le même sujet peut être capté à une multitude de reprises, sous différents angles, heures du jour, lumière, saisons. C’est ensuite la recherche de l’image qui sera le point de départ. Celle où un détail d’objet se révèle par sa mise en lumière et les flous. En utilisant la technologie numérique, cette capture fragmentée est transformée et reconstruite. Une nouvelle composition abstraite apparaît issue de l’ADN organique de la photographie de départ et entreprend son existence propre dans l’imaginaire du spectateur.


One thought on “Programmation arts visuels”

  1. Pingback : Blogue Destination Sherbrooke » Quoi faire gratuitement à Sherbrooke?

Les commentaires sont clos.