Programmation arts visuels

EN COURS


14 avril au 2 juin 

Tegumentum, Grégoire Ferland

En latin, Tegumentum signifie ce qui couvre ou ce qui enveloppe. À travers une série maitresse de sculptures drapées, l’artiste trace un parallèle avec la peau; cette enveloppe qui exerce de multiples fonctions nécessaires à la survie de l’individu et qui conserve, à la manière d’un manuscrit, les brouillons raturés, grattés et surchargés, d’une écriture originaire. Au fil des ans, rares sont les médiums et procédés de création qu’il n’a pas maîtrisés. En plus des sculptures, l’exposition propose également des toiles grand format, des œuvres numériques et des poèmes tirés de ses derniers recueils L’âme ne dort pas (2017) et Flamme allumée dans la neige (2018).

Le mouvement est immanent dans le travail de Ferland, qui explique que « c’est probablement la naissance du réflexe naturel qui anime l’être. Il ne peut s’en empêcher. Il doit se mouvoir ». Ainsi, c’est par « groupes d’énergie » s’inscrivant dans une période et un moment donné, que l’artiste prend et donne forme à la matière. Le critique d’art John Grande, qui a suivi de près sa carrière, écrit de lui: « Ses peintures et ses sculptures dégagent cet état onirique de la culture contemporaine où se côtoient la conscience rationnelle et le désir intuitif, comme deux forces conjointes en flux constant ».

Sculpteur de métal, Ferland se réinvente dans ce projet avec une série de sculptures orientées vers l’action et créées par moulage de bandes de tissu imprégnées de résine. Les métaphores visuelles que nous percevons dans ces pièces aux allures fantomatiques peuvent exprimer une grande douleur tout comme elles peuvent être élégiaques et lyriques. Cette dualité entre joie et obscurité, vie et mort, enrobe aussi les figures et les formes qui imprègnent les tableaux et les papiers de l’artiste. Les œuvres présentées ont ceci en commun: elles parlent du lieu, de l’espace, de l’identité, du corps, de l’esprit humain et surtout de l’instinct.

Né à Saints-Anges au Québec, Grégoire Ferland mène une double carrière de peintre et de sculpteur depuis quarante-cinq ans. Libre-penseur et autodidacte, il a débuté sa pratique dans son atelier de forgeron à Cap-Santé et a toujours été animé depuis du désir de créer et de s’exprimer par les arts. Au fil des années, il a produit une œuvre prodigieuse tant par la quantité que par la diversité et la qualité. En plus de nombreuses expositions individuelles et collectives à Toronto, Montréal et Québec, il a aussi exposé à New York, avec le groupe des 14 Sculptors, puis au Mexique, à San Salvador et à Bogota, où il a vécu plusieurs d’années. Ferland a progressivement transféré son atelier de Montréal vers East Angus entre 2006 et 2008. Cette ancienne église, lui sert d’atelier, de salle d’exposition et de résidence d’artistes.



À VENIR


30 juin au 8 septembre

À la frontière du réel 

Frontières de l’esprit, frontières physiques, frontières territoriales; les limites sont multiples. Il y a celles que l’on s’impose, celles qui nous sont imparties, celles que l’on respecte, celles que l’on transgresse. Frontières entre ce que l’on est et ce à quoi on aspire, frontières entre ici et ailleurs, entre les générations, entre soi et les autres. Parfois, les contraintes sont source d’inspiration.

À l’occasion de cette 12e édition, pourquoi ne pas rêver l’impossible, rêver le monde autrement ?

Les frontières et l’interdit qu’elle suppose réveillent en nous une curiosité qui invite à l’action. L’énergie du refus est parfois nécessaire pour aller au-delà de la limite. Se situer à la frontière du réel, c’est être à cet endroit à un moment précis et fécond où le tangible peut basculer dans une autre dimension, où l’impossible devient possible, où les limites s’effacent et laissent la fiction devenir réalité. Alors on ouvre la porte à des rencontres surprenantes et improbables.

Comme l’événement Les jardins réinventés se déploie dans un parc public, voilà l’occasion de repenser l’espace existant. L’opportunité de créer des installations imaginaires inspirées du surréalisme qui ne sont soumises à aucune règle (anti-gravité, jeu d’échelles, désordre, multiplicités d’éléments, associations libres, anticonformisme). Habitez une nature inversée!


Aux grands maux les grands mirages, Mathieu Gotti


Venez….entrez dans ce drôle d’univers, Anne-Marie Berthiaume


Volet artistes de la relève

Pascal e St-Pierre

Agatha Veale


Programmation estivale :

Voir Les Jardins réinventés de la Saint-François >>



22 septembre au 10 novembre 

Collectif 135

Dans le cadre du projet Objectif Photo | Cantons-de-l’Est 

Constellation humaine, Andréa Lacharité


21 novembre au 15 décembre

Texte et image | Exposition collective des membres de la Maison des arts et de la culture de Brompton


One thought on “Programmation arts visuels”

  1. Pingback : Blogue Destination Sherbrooke » Quoi faire gratuitement à Sherbrooke?

Les commentaires sont clos.